Une nouvelle année scolaire avec de nouvelles perspectives à l'horizon est sur le point de commencer. Malgré ma présence sur les réseaux sociaux, vous avez sûrement remarqué mon absence sur le blog, ainsi que sur Youtube. En vérité, je n'avais plus goût à rien, plus envie de poster et plus les jours passaient, plus je remettais mon retour au lendemain. Ma dernière publication date d'avant mon voyage en Corée et c'est normal, car depuis bien des choses ont changé dans ma vie.


I feel like I've awakened lately, the chains around me are finally breaking. I've been under self restoration, I'm becoming my own salvation. Showing up, no more hiding. The light inside me is bursting, shining. - S.G

J'aime énormément vous parler et parfois écrire est une sorte de libération, un peu thérapeutique, on va dire. Je ne compte pas rentrer dans les détails, juste en dévoiler assez - un peu comme sur la photo au-dessus, car conserver mon jardin secret est important pour moi. Avec Internet aujourd'hui, nous devenons une proie facile pour ceux qui n'ont aucune pitié. Cet article est plus comme un témoignage et n'a peut-être pas sa place sur la blogosphère, mais il y a des sujets dont on ne parle pas assez et qui pourtant arrivent bien plus souvent qu'on ne le croit, alors je me lance!

J'avais encore peur de ce mur blanc et silencieux qui m'avait accompagné ces six derniers mois!

Tout remonte à octobre 2014, où mon copain ex, que l'on va appeler S, m'annonce par skype qu'il a besoin de temps, car il ne sait plus où il en est par rapport à sa vie et sa carrière, mais la seule chose dont il était sûr, c'était nous. Je l'avais d'ailleurs déjà évoqué dans cet article, quand j'ai dû faire une pause de trois mois. Petite parenthèse, mais si j'ai décidé de vous en parler, c'est parce que j'avais l'habitude de poster des photos avec lui sur Instagram ou même de poster des articles où je parlais vaguement de lui. Les articles sont bien encore en ligne, et ils le resteront. Bref, il m'a dit avoir besoin d'une semaine à un mois pour réfléchir et c'est ce que je lui ai donné. Un mois s'est transformé en six mois avec quelques brefs appels et messages. Certains vont peut-être me dire que j'étais naïve et bête, sauf que vous ne savez pas ce que c'est de recevoir un appel de l'être que vous aimez le plus au monde en vous suppliant de le laisser partir, car sa vie est détruite. La dépression, voilà ce que c'était. Cette chose odieuse qui vous ronge de l'intérieur à petit feu. Comment peut-on abandonner quelqu'un que l'on aime alors qu'il se trouve au fond du trou? Comment? On ne peut pas, et c'est exactement ce que j'ai fait. J'avais à peine 18 ans à l'époque et je n'avais jamais fait face à une situation de telle ampleur. Cette situation, je l'ai longtemps gardée secrète en la racontant uniquement à mes amis les plus proches, mais aujourd'hui j'ai besoin que ça sorte. Pendant près de six mois, j'ai tenu notre relation du mieux que j'ai pu. Il y a eu des moments où les appels duraient deux heures - et je ne vous raconte même pas ce que j'ai dû payer, car le chiffre est monstrueusement haut, mais j'arrivais à le calmer et à le faire rire à nouveau; c'est tout ce qui comptait pour moi. Malheureusement, cela ne durait pas bien longtemps, car le lendemain c'était reparti pour un ou deux mois sans nouvelles. Cet enfer a duré six mois jusqu'au jour où il m'a appelé et que je lui ai annoncé avoir pris un billet d'urgence pour aller le voir. Un billet d'avion bien évidemment, puisque nous étions en relation à distance.

L'enfer du silence s'est brusquement arrêté, mais j'avais encore peur de ce mur blanc et silencieux qui m'avait accompagné ces six derniers mois. J'avais vraiment peur qu'il fasse son grand retour! Cependant, ce n'est pas arrivé, les messages ont continué comme toute relation normale et dès le moment où j'ai franchi le sol coréen et que je l'ai vu vivant, là devant moi, j'ai pu respirer à nouveau. Comme si tout ce temps, ma tête avait été enfouie sous l'eau et que je venais de reprendre mon souffle des mois après l'immersion. Cette sensation de perdre la personne qui partage votre vie, je ne la souhaite à personne! 

Le corps continue d'avancer, mais pas l'âme.

La dépression une fois installée est difficile à faire partir, puisque la personne atteinte se rabaisse et ne croit plus en rien. Il n'y a plus d'espoir et plus de vie, comme si le corps continue d'avancer, mais pas l'âme. Une personne en dépression essayera de couper contact avec tous ses amis et proches, car très souvent la dépression amène au suicide. La victime se dit que, moins il y aura de personnes dans sa vie, moins les dommages collatéraux en seront grands. Cette maladie, car oui elle en est une, est donc devenue une amie que je ne connais que trop bien.


Cette période m'a tellement affectée profondément, qu'à mon retour à Bruxelles, j'ai commencé à avoir de l'acné comme jamais je n'en avais eu. Tout le stress, l'angoisse, l'anxiété, entassés lors de ces longs mois, sont apparus sur mon visage du jour au lendemain. Ce que je pensais être de l'acné hormonale n'était en fait que le résultat psychosomatique d'un choc émotionnel. Précedemment, j'avais des réactions et douleurs aux jambes après un choc émotionnel très fort. Cela m'arrive encore de temps en temps, comme par exemple après les attentats de Bruxelles. Pour ce qui est de l'acné, certains pourraient dire que ce n'est que coïncidence, mais le corps humain est complexe et mystérieux. Un événement récent est pourtant venu confirmer cette théorie de psychosomatisation!

Je vais essayer de faire le plus court possible, car cet article est déjà bien trop long et j'ai peur de trop me dévoiler. Au mois de novembre de l'année passée,  S. est donc arrivé à Bruxelles pour passer quelques jours avec moi - le dernier article où je parle de nous est celui de mon week-end à Bruges, mais rien ne s'est passé comme prévu. Je pensais que ça allait mieux et que tout doucement, nous étions de retour sur le droit chemin, mais j'avais tout faux! La dépression est cruelle et elle était encore bien présente, et mon ami le mur blanc fit son grand retour quand S. retourna à nouveau en Corée. Le dernier message que je reçus fut pour m'annoncer qu'il était bien arrivé et depuis grand silence radio et ce pendant neuf longs mois. Aucun appel ni message. Les attentats de Paris sont également arrivés à ce moment-là. Ce fut la goutte de trop, j'ai commencé à m'enfermer sur moi-même et même si j'essayai de garder le sourire, mes proches voyaient dans mon regard que je n'étais plus la même.

Il fallait que ça se termine!

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez sûrement que je me suis à nouveau rendue en Corée cette année, mais pas pour les raisons que vous pensez connaître après avoir lu toutes ces lignes. Une amie proche, qui est comme une soeur pour moi, s'est mariée là-bas et j'étais bien évidemment invitée. Je suis donc allée là-bas pour elle, car une partie de moi n'avait pas envie d'y aller. Beaucoup trop de souvenirs! Vous n'avez pas vu mon visage quand je suis arrivée à l'aéroport et qu'il n'était pas là, car oui, quelque chose en moi espérait encore le voir là, à m'attendre. Les larmes sont arrivées bien trop vite, la première fois depuis neuf mois. J'étais arrivée à un stade de tristesse dite sèche (il me semble) où, le chagrin est tel que les larmes ne viennent plus. Et pour la première fois en neuf mois, j'ai senti mes yeux souffrir pour lui. J'ai tout de même envoyé un message car je ne voulais pas que notre belle histoire finisse comme cela - ce que l'on a eu avant cette foutue dépression était beau et j'en garde un merveilleux souvenir qui restera à jamais gravé dans mon coeur. 

Est-ce que j'ai eu une réponse? Très franchement, je pensais repartir sans signe de vie, mais apparemment il fallait que je souffre encore un bon coup. Après neuf mois de silence, j'ai eu une réponse qui on va dire, a le mérite d'être claire. Je ne désire pas te voir, tels ont été ses mots. "Amuse-toi bien quand même au mariage. Bye Lily." Je ne le connais que trop bien pour savoir que cette dernière phrase était remplie de tristesse. Ce n'était pas ma faute, et il le savait, mais la situation en novembre n'était pas bonne pour nous, pour notre santé. Pour le bien de notre histoire, il fallait que ça se termine! Moi qui n'ai jamais rien lâché, pour mon propre bonheur, j'ai pour la première fois, baissé les bras et, accepté la vérité. Pour en revenir à mon acné, croyez-le ou non, mais dès le moment où j'ai reçu sa réponse, mon visage a commencé à redevenir comme avant. Aujourd'hui, je n'ai presque que des cicatrices, comme si je venais de me libérer d'une relation toxique. Si l'on compare mon visage d'il y a un an à maintenant, c'est carrément le jour et la nuit. Cette relation était devenue une prison qui me faisait souffrir et le problème avec la dépression, c'est que les proches ne peuvent rien faire pour la personne atteinte si elle-même refuse de se soigner. En réalité, ce n'est pas sa faute et je ne peux lui en vouloir, car je l'aime malgré tout. Cet été, j'ai donc réellement perdu mon meilleur ami, mon compagnon. D'ailleurs, je suis tombée sur un article qui exprime exactement ce que je ressens, vous pouvez le trouver ici. Je pense que dans le fond, j'avais besoin de l'écrire, comme dans un livre; c'est une page de ma vie qui se tourne. Parfois dans la vie, certaines personnes changent votre vie à tout jamais, même si elles ne sont pas cencées y rester pour toujours. Il ne mérite pas ce qu'il lui est arrivé et je lui souhaite tout le bonheur du monde! J'espère de tout coeur qu'il trouvera la force de se battre et de voir la vie à nouveau en couleurs. Pour ma part, j'essaierai de ne garder que les bons moments dans mon coeur, tout en allant de l'avant et de faire ma vie de mon côté.

Je ne recherche pas la pitié ni de l'attention en écrivant mon histoire, mais je veux juste témoigner que la dépression n'est pas seulement dévastatrice pour la personne atteinte, mais également pour les personnes qui l'accompagnent. Un petit peu comme lors d'un décès... mais dans le fond ne serait-ce pas un peu la même chose? D'une certaine façon, une partie de l'âme meurt petit à petit. J'ai moi-même frôlé la dépression en juillet, lors de mon séjour au Portugal. Doucement, j'ai perdu goût à tout, le monde est devenu gris et même le blog n'a pas su m'aider pendant cette période. Le fait que j'en parle si ouvertement est pour moi un moyen de faire face, et non pour attirer l'attention.


Une nouvelle page qui se tourne


J'ai donc beaucoup réfléchi ces trois dernières semaines et je me suis beaucoup remise en question, surtout vis-à-vis de la chaîne. Je n'étais plus sûre de vouloir continuer, mais une partie de moi avait envie de continuer à créer des vidéos. J'ai décidé de tout de même continuer, mais de manière un peu différente. C'est surtout la communauté youtube/france qui m'a fatiguée avec toute cette haine et c'est pour cela que je songe à faire une chaîne en anglais à la place, vu que le blog est déjà bilingue. Et qui dit nouvelle année, dit aussi nouveau design! Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais j'ai changé (à nouveau) le design du blog. J'avais juste besoin de changement!

C'est vraiment incroyable, je me sens déjà plus légère, mais je pense que je vais m'arrêter là pour cet article, car j'en ai déjà trop dit. Je me reconstruis tout doucement, plus motivée que jamais. Et si vous avez réussi à lire jusqu'au bout, je vous fait plein de bisous pour cet élan de courage. Merci d'être encore et toujours là, à me lire! Vous n'imaginez pas à quel point cela me fait du bien, malgré tout ce que j'ai traversé. N'oubliez jamais que sur Internet, on ne vous montre que ce qu'on a envie de vous montrer et que très souvent, on ignore ce qu'il se passe réellement dans la vie des personnes que l'on suit - que ce soit Instagram, Snapchat, Twitter ou encore Youtube. En tout cas, si vous aussi vous faites face à la dépression ou que vous avez un proche atteint, sachez que je suis là. Je pense fort à vous 


Love,
Lily


Merci à mes deux amies, Sam et Alex pour avoir lu et donné leur avis sur le texte!